Le 7 novembre 2017 par Caroline Trouillet – Africultures

Diakadi Mamadi, alias Momo, est un personnage incontournable à Noailles. Fondateur du Kaloum, à la fois bar, centre culturel et salle de concert, il anime un quartier essentiellement commerçant d’une dynamique interculturelle aux teintes afro. Guinéen, Momo est de cette vague migratoire ouest-africaine qui redessina dès les années 1980 la géographie sociale de Noailles.
Noailles, vitrines d’Afriques

Avec sa devanture rouge verte jaune rouge, le Kaloum projette un imaginaire du continent africain, depuis 14 ans, rue Jean Roque. Il est un des seuls lieu de sociabilité nocturne dans ce quartier qui vit surtout au rythme des commerces, entre les étales du marché des Capucins, les épiceries et cafés nord-africains, les coiffeurs et magasins de produits cosmétiques et d’artisanat ouest-africain. Cette diversité commerciale et culturelle révèle toute une histoire de circulations migratoires qui dialoguent encore dans ce grand marché à ciel ouvert du premier arrondissement de Marseille.

Lire l’article sur le site d’Africultures